cinéma

Sous le même toit


quoi

Delphine et Yvan divorcent. Alors que sa situation financière ne lui permet pas de retrouver un domicile, Yvan se rappelle qu'il détient 20% de la maison de son ex-femme. Il revient alors vivre chez Delphine, dans ses 20%. Les deux ex vont découvrir les joies de la colocation forcée…

QUI
de Dominique Farrugia, avec Gilles Lellouche, Louise Bourgoin, Manu Payet, 1h33, France
Géolocalisez les salles
HORAIRES (du 13 au 19 Décembre)

Aucune date


Interview

Sous le même toit

Louise Bourgoin et Dominique Farrugia

L'économie du couple

Si Dominique Farrugia n’ambitionne pas de révolutionner la comédie de couple, impossible de bouder son plaisir à la vue de celui, explosif, formé par Louise Bourgoin et Gilles Lellouche. Rencontre avec le réalisateur et son actrice à l’occasion de leur venue à l’UGC Ciné Cité Atlantis.
 

Le film de séparation est presque un genre en soi…
C’est clair qu’il y en a eu des tonnes. Mais ce qui m’intéressait, c’est surtout de parler de la collocation forcée. Aujourd’hui, dans les grandes villes, 70% des couples séparés ont besoin de cohabiter au moins pendant un an.
 
Gilles Lellouche est vraiment hilarant. Comment l’avez-vous dirigé ?
On s’est beaucoup parlé avant le tournage. Mais ensuite, il a pas mal improvisé. Parfois, il partait trop loin. Il fallait juste le ramener un peu dans l’histoire. J’aime cette phrase de Chabrol : “on ne dirige pas les acteurs, à part leur indiquer où se trouve la cantine”.
 
Une scène, à l’esprit très Canal, se détache du film…
Ah, le "selfcul" ! C’était mon idée, je l’avoue humblement. Gilles n’avait pas du tout envie de faire cette scène. J’aime la blague gratuite, mais celle-ci ne l'est pas tant que ça : un mec qui rentre chez lui et qui trouve sa belle-mère lui parlant comme s’il était transparent, c’est extrêmement vexant. Et quoi de mieux que de montrer son cul pour se "dévexer" !
 
Louise, qu’est-ce qui vous a plu dans le scénario ?
Je l’ai trouvé bien balancé entre l’homme et la femme, sans stéréotypes. Et j’adore les comédies qui parlent de vrais faits de société. Certaines sont trop parisiennes, un peu superficielles, déconnectées des réalités.

Matthieu Chauveau
Les commentaires des internautes
connectez-vous ou créez votre compte pour laisser votre avis
Photos
géolocalisation

Les avant-premières