Scène

Richard III

Théâtre

quoi

Après le titanesque Henry VI, et le Molière qu’il obtenu en 2015, Thomas Jolly revient et finit la tétralogie shakespearienne avec le monstrueux Richard III. Cette épopée dark et rock, gorgée de meurtres et de trahison, véritable show à la Game of Thrones, est un incontournable de la saison !

QUAND
mercredi 15 mars 2017 à 19h
jeudi 16 mars 2017 à 19h
vendredi 17 mars 2017 à 19h
samedi 18 mars 2017 à 19h
lundi 20 mars 2017 à 19h
mardi 21 mars 2017 à 19h
Le Grand T, 84, rue du Général Buat, Nantes
COMBIEN
25€, 21€, 12€
TÉL
02 51 88 25 25
SITE

Réservez
Interview

Richard III

mercredi 15 mars 2017 à 19h
jeudi 16 mars 2017 à 19h
vendredi 17 mars 2017 à 19h
samedi 18 mars 2017 à 19h
lundi 20 mars 2017 à 19h
mardi 21 mars 2017 à 19h
Thomas Jolly

“J'ai fait de Richard un monstre théâtral”.

Thomas Jolly est devenu une star en montant Henry VI dans son intégralité à Avignon. Le Grand T accueille la suite, un Richard III haut en couleurs, très rock'n roll. Un véritable show décoiffant qui passe très vite. Vous l'avez compris, un véritable événement que Wik vous recommande sans réserve.

Pourquoi continuer avec Shakespeare ?
Je trouve qu'il y a une pertinence éloquente à monter cette pièce dans le contexte européen que nous connaissons. Nous sommes dans une Europe en crise, repliée sur elle-même. Et Richard III est une pièce qui se situe à une époque où un état de crise se propage dans toutes les couches de la société.

Vous reprenez le rôle là où vous l'avez laissé dans Henry VI
Oui, je ne pouvais pas laisser cette histoire en suspens. Je devais aller au bout. Je me suis basé sur ce que disent tous les autres personnages sur Richard. Nous savons qu'il ne naît pas monstre. C'est un personnage qui frôle l'onirisme, le fantastique. J'en ai fait un monstre théâtral qui n'est donc pas réaliste. Son costume réunit animalité, minéralité et végétal.

Comme pour Henry VI, vous persistez avec la version intégrale…
Ce qui m'intéresse dans Richard III, c'est que ça ne raconte pas l'histoire d'un personnage mais celle de toute une société. Une société perdue qui n'a plus de repères. Une société de très jeunes seigneurs qui se retrouvent à la tête d'un état. Ils sont nés dans le sang et n'ont rien connu d'autre que la violence et la trahison. Si on coupe, on tombe vite dans le one man show.

En quoi cette expérience avec Shakespeare vous a-t-elle changé ?
Passer cinq ans à travailler et à chercher avec une même équipe permet d'aller plus loin. Les sepctateurs sont les premiers surpris à prendre goût à la longueur. Avec du temps et de la longuer, le théâtre devient un lieu de fédération de la cité. Il n'est pas un endroit où l'on vient voir mais un endroit où les gens vivent. Le théâtre n'est pas mort. Il peut allier exigence et popularité.

Le public d'henry VI va-t-il être surpris ?
J'espère. Ça n'est pas totalement la continuité. D'Henry VI à Richard III, le monde a changé.

propos recueiillis par Patrick Thibault
Les commentaires des internautes
connectez-vous ou créez votre compte pour laisser votre avis
Photos
géolocalisation
84, rue du Général Buat
Nantes 44000
France
47.2301 -1.5397

recherche avancée

ou
Uniquement

Le même jour

Bientôt dans ce lieu

Ils y seront