Retour à la selection

Le Buzzomètre des films de l’été

Le Buzzomètre des films de l’été

Sélection Matthieu Chauveau

-

-
FROID

-

Joyeuse retraite 2 (20 juillet)

Chaque année, impossible d’y résister. Une comédie franchouillarde s’invite forcément dans notre buzzomètre à la place la moins convoitée. A-t-on vraiment envie de repartir en vacances au Portugal avec Michèle Laroque et Thierry Lhermitte, trois ans après un premier opus déjà moyennement drôle ?

-

Thor 4 : Love and Thunder (13 juillet)

Un autre invariant de cette rubrique consiste à se payer la tête d’une production Marvel à laquelle on ne comprend rien. Seule consolation pour les profanes : la bande-annonce ne semble pas dénuée d’une certaine ironie. À moins qu’on soit tellement à la ramasse qu’on ne saisisse pas que ces histoires de dieux censés sauver le monde, c’est très sérieux.

-

-
TIÈDE

-

Elvis (24 juin)

Un biopic sur le King ? En voilà une riche idée. Idéalement, il aurait fallu commencer par là avant de redonner vie à Freddie Mercury ou John Lennon. Mais quand c’est Baz Luhrmann, coupable de Moulin Rouge derrière la caméra, le doute est permis sur l’authenticité du projet. Car, que cela soit dit : la vie (et la musique) d’Elvis ne saurait se résumer à du strass et des paillettes.

-

Salam (1er juillet)

D’un côté, un petit gars du Tennessee qui s’émancipe grâce à la musique – et à un déhanché extraordinaire. De l’autre une rappeuse qui fait son mea culpa, entre en religion et recouvre son corps… Franchement, on a connu plus affriolant que ce docu de Diam’s sur Diam’s. Mais ceux qui l’ont vu en avant-première à Cannes disent qu’il serait plutôt poignant.

-

-
CHAUD

-

L’année du requin (3 août)

Cet été, c’est décidé, vous partez profiter de la plage dans les Landes ? Évitez peut-être d’aller voir L’année du requin. Quoique… Après le remarqué Teddy, les frères Boukherma continuent de revisiter le cinéma de genre en y insufflant une bonne dose de comédie. Ils nous promettent rien de moins qu’un « Dents de la mer à la française ».

-

Bullet Train (3 août 2022)

Brad Pitt dans un nouveau thriller ? Oui mais qui vous fera autant sourire que frissonner… De Snatch à Inglourious Basterds, l’acteur a plusieurs fois fait preuve de son potentiel comique. Il le réinvestit dans un Bullet Train déjanté en forme de virée à 100 à l’heure à travers le Japon contemporain. Une bande de tueurs à gages forcément très méchants à ses trousses.

-

-
TRÈS CHAUD

-

La Nuit du 12 (13 juillet)

« 20 % des enquêtes criminelles restent irrésolues. L’histoire que nous allons vous raconter est l’une d’entre elles ». Dès son ouverture, le nouveau Dominik Moll (Harry, un ami qui vous veut du bien) déstabilise par sa volonté de désamorcer tout suspense alors qu’il y a un meurtre à résoudre. Ovationné à Cannes Première, le film s’annonce surtout comme une œuvre de référence sur un fait de société aussi répandu qu’intolérable : le féminicide.

-

Decision to Leave (29 juin)

En aura-t-on un jour fini avec Vertigo ? Non et c’est tant mieux puisque c’est ce genre de film – ou le souvenir qu’on en a – qui, même à l’heure de Netflix, nous fait encore croire à la magie du grand écran. Avec
Decision to Leave, Park Chan-wook propose une variation autour du chef-d’œuvre d’Hitchcock. Un puzzle narratif fait de jeux de miroirs et d’obsessions, par le réalisateur du culte Old Boy.

-

-
BRÛLANT 

-

Trois mille ans à t’attendre (24 août)

Un film pour toute la famille avec un génie, des miracles et le décor exotique d’Istanbul par le réalisateur de Mad Max ? On croit rêver ! Mais c’est justement du rêve que vend George Miller dans Trois mille ans à t’attendre, relecture toute personnelle des Mille et une nuits portée par un impeccable duo d’acteurs : Tilda Swinton en universitaire cartésienne et Idris Elba (les séries The Wire et Luther) en djinn échappé de sa lampe.
-

Incroyable mais vrai (15 juin)

Son précédent film (l’hilarant Mandibules) avait vu son arrivée sur les écrans maintes fois repoussée pour cause de Covid-19. Quentin Dupieux semble bien décidé à rattraper le temps perdu puisque pas moins de deux sorties sont prévues cette année. En attendant la parodie de Bioman (!) présentée à Cannes, on se délecte déjà de cet Incroyable mais vrai dans lequel Alain Chabat tombe en pâmoison devant... une banale trappe présente dans la cave de sa maison.

Commentaires

Vos commentaires

connectez-vous ou créez votre compte pour laisser votre avis
Être dans Wik
c'est facile
vos infos
Inscrivez-vous à la newsletter !
Les jeux
En ce moment sur le site de WIK, des centaines de places cinés, spectacles, concerts... à gagner !