cinéma

Patients


quoi

Se laver, s'habiller, marcher, jouer au basket, voici ce que Ben ne peut plus faire à son arrivée dans un centre de rééducation suite à un grave accident. Ses nouveaux amis sont tétras, paras, traumas crâniens.... Bref, toute la crème du handicap. Ensemble ils vont apprendre la patience. Ils vont résister, se vanner, s'engueuler, se séduire mais surtout trouver l'énergie pour réapprendre à vivre.

QUI
de Grand Corps Malade, Mehdi Idir, avec Pablo Pauly, Soufiane Guerrab, Moussa Mansaly, 1h50, France
Géolocalisez les salles
HORAIRES (du 18 au 24 Octobre)

Aucune date


Interview

Patients

Les corps impatients

Avec Patients, le slammeur Grand Corps Malade surprend en passant derrière la caméra. Il signe un film à la justesse rare, entre émotion et cocasserie. Il faut dire qu'il s'est basé sur une histoire qu’il connaît bien…
 

 

Sur le papier, le projet emballait peu. Et c’est un euphémisme, quand on apprenait que le gentiment déprimant - jusque dans son nom - slammeur Grand Corps Malade s’improvisait réalisateur pour adapter son roman autobiographique Patients. Un récit qui raconte ses années dans un centre de rééducation suite à un traumatisme qui a fait du prometteur joueur de basket le chanteur à la béquille que l’on connaît.
On voyait le tableau : murs blancs, médicaments, médecins, dépression, puis bientôt la renaissance grâce au slam. Ce n’est heureusement pas ce film qu’a choisi de tourner Fabien Marsaud, main dans la main avec son fidèle clippeur Mehdi Idir. “C’est mon histoire, toutes les scènes ont existé. Et en même temps, ça pourrait être celle de n’importe quel gamin de 20 ans qui a un grave accident“ confie le co-réalisateur lors de l’avant-première au cinéma Gaumont.
Au-delà de la plongée réaliste dans le véritable centre ayant accueilli Fabien il y a 19 ans, le film fait mouche en montrant les personnes derrière les patients sans jamais verser dans le sentimentalisme. Et ce grâce à un humour décapant : “C’est comme ça en rééducation, on se chambre beaucoup. Il existe un humour handicapé avec des vannes assez dures. D’ailleurs, on a projeté le film dans le centre. Ils ont adoré mais c’est la seule projection où on n’a pas eu de standing ovation“. Oh !

Matthieu Chauveau
Les commentaires des internautes
connectez-vous ou créez votre compte pour laisser votre avis
Photos
géolocalisation

Les avant-premières

Note des Wikonautes

Note moyenne de Wikonautes :
5.0